Accueil du site > Abbayes et prieurés > Province de Chezal-Benoît > *Nouaillé (Abbaye Saint-Julien)
Abbayes et prieurés mauristes

00°24’54’’E 46°30’34’’N

*Nouaillé (Abbaye Saint-Julien)

Historique | L’œuvre mauriste | La situation actuelle | Liste des prieurs | Bibliographie | Liens

En annexe : L’œuvre sculptée de frère Faron Croulière

Abbaye Saint-Julien (Saint-Junien ?) de Nouaillé

Province de Chezal-Benoît (Vienne)

Diocèse de Poitiers

Réformé en 1618

Monsaticon de l'abbaye Saint Julien de Nouaille

Article en attente de rédaction

Votre contribution ou vos remarques peuvent être tout à fait bienvenues.
Merci de nous les adresser par mail. -> Contact


Situation actuelle

L’ancien logis abbatial abrite, depuis 1991, la mairie de Nouaillé.


Liste des prieurs

1618. D. Colomban Régnier. - 1620. Contin. 1690. D. Claude Vidai.
1621. D. Martin Tesnière. 1693. D. René Drouynot (adm.).
1622. D. Maur Tassin. 1696. D. Jean Navieres. - 1699. Contin. prior.
1623. D. Martin Ferrand. 1702. D. Claude Vidai. - 1705. Contin.
1624. D. André Béthoulaud, - 1625. Contin. 1708. D. Michel Valeix.
1626. D. André Béthoulaud. - 1627. Contin. 1711. D. François Michelet (adm.).
1628. D. Grégoire Tarisse. 1714. D. Joseph Croisier. .
1630. D. Maur Tassin. 1717. D. André Gardés. - 1720. Contin. prior. [1].
1633. D. Bernard Pattier. - 1636. Contin. 1723. D. Antoine Palerne.
1639. D. Eloi Belin (adm.). 1726. D. René Junien. - 1729. Contin.
1642. D. Dorothée Girard. 1733. D. Martial du Laurent. - 1736. Contin. [2].
1645. D. Romain Le Gault. 1739. D. Robert Chaptard. - 1742. Contin. prior.
1648. D. Eugène Texier (adm.). 1745. D. Jean Midy.
1651. D. Paul de Rivery. 1748. D. Antoine Durand.
1654. D. François Chévrier [3]. 1751. D. Charles de Corval [4].
1657. D. Etienne Demonts [5]. 1754. D. François Henry (adm.).
1660. D. François de Villemonteys [6]. 1757. D. Jean Clément.
1663. D. André Liabeuf (adm.). 1760. D. Jacques Delotz [7].
1666. D. Guillaume Sybille [8]. 1763. D. Jean Prévost du Latz.
1669. D. Benoît Cibèle. 1766. D. Jos. Marie Barrot.
1672. D. Martial Deschamps 1769. D. Hugues Chassaing. - 1772. Contin [9].
1675. D. Germain Ferrand. 1775. D. Jacques Chapuys.
1678. D. Jacques de Nesde (adm.). 1778. D. Jacques Brousse. - 1781. Contin.
1681. D. Claude Vidai. 1783. D. Jean Bapt. Deperet.
1684. D. Laurent La Conque. - 687. Contin. prior. 1788. D. Claude Gilbert Bertucat.

Liens

L’œuvre sculptée de frère Faron Croulière à l’abbaye de Nouaillé

La très belle exposition consacrée à la sculpture en terre cuite du Maine, présentée à Paris, au Musée du Louvre, en 2002, puis l’été suivant au Mans, à l’abbaye de l’Épau, a fait connaître auprès d’un large public cette production artistique jusque-là quelque peu ignorée et délaissée. Elle a été aussi l’occasion de dresser le bilan de nos connaissances sur ces œuvres sorties pour la plupart des grands ateliers du Maine, mais aussi de l’Anjou, aux XVIe, XVIIe et XVIIIe siècles [10] . La production des terracottistes est maintenant bien connue, notamment les œuvres en tout remarquables des Delabarre, père et fils, ou encore celles de Pierre Biardeau, dont l’activité sut s’exporter jusqu’aux provinces voisines, notamment de Touraine et du Poitou.

Nous avons évoqué ailleurs, dans une courte étude [11] , quel avait été le rôle, parfois moteur, des abbayes bénédictines dans l’essor de la sculpture en terre cuite. En effet, celles-ci passèrent des marchés souvent importants avec les terracottistes. C’est ainsi, d’après le chanoine Le Paige, que Delabarre, père et fils, auraient réalisé pour l’abbaye de Saint-Vincent du Mans, à une date inconnue, les statues du jubé ainsi que du retable du maître-autel et de l’autel de la chapelle de Saint-Laurent [12] . Ces œuvres, comme la plupart des ensembles commandités pour les monastères, ont malheureusement disparu à tout jamais.

À l’exemple de l’église du Collège des jésuites de La Flèche, du sanctuaire de Notre-Dame des Ardilliers, à Saumur, ou encore des églises des couvents des ursulines d’Angers et des visitandines du Mans, les vieilles églises abbatiales se peuplèrent, elles aussi, d’un multitude de statues. Y étaient ainsi représentés non seulement les vieux saints de l’ordre bénédictin, mais aussi les représentants modernes de la sainteté, ces grandes figures emblématiques de la Réforme catholique qu’étaient par exemple sainte Thérèse d’Avila, saint Ignace de Loyola ou encore saint François de Sales. Les programmes iconographiques élaborés par les moines, qui pour la plupart avaient entrepris la réforme de leur propre monastère, s’inscrivent dans le mouvement beaucoup plus global de la Réforme catholique. Dans cette perspective qui est celle de la reconquête des âmes, le recours à l’image, dont la légitimité a été réaffirmée au concile de Trente, représente un des moyens privilégiés de la transmission des dogmes et des mystères de la foi, que la représentation figurée donne à voir. Ainsi les moines firent-ils de leurs monastères des centres importants de renouveau à la fois spirituel et artistique. De leur côté, les artistes surent répondre aux aspirations renouvelées des fidèles et mettre leur art au service de la foi.

Les terracottistes comptèrent des émules parmi les religieux, comme le frère Faron Croulière, convers mauriste, dont deux de ses œuvres au moins sont encore conservées à l’abbaye de Nouaillé, en Poitou. C’est à l’œuvre méconnue de ce moine sculpteur que nous consacrons ces simples notules.

Un artiste méconnu

Les données biographiques sur le frère Faron Croulière sont des plus laconiques. La Matricule des bénédictins de la congrégation de Saint-Maur [13] nous apprend qu’il fit profession, comme frère convers, à l’abbaye de Saint-Faron de Meaux, le 10 février 1629, à l’âge de 36 ans. Il serait donc né vers 1593, à Sées, précise également la Matricule.

Nous ignorons entièrement où le frère Croulière apprit son art, dans quelles circonstances il a été amené à s’y adonner, ni s’il s’y employa dès son séjour à Saint-Faron. Sa présence, en revanche, est attestée à l’abbaye de la Sainte-Trinité de Vendôme, autour des années1636-1640. En effet, le « Livre des choses mémorables » de ce monastère contient des renseignements précieux sur l’activité artistique que le frère Croulière fut appelé à y exercer.

« Excellent sculpteur », note le chroniqueur, il exécuta les statues destinées à garnir les niches du retable monumental que les mauristes avaient fait ériger en 1632 et qui occupait tout le fond de l’abside et s’élevait jusqu’aux fenêtres hautes de l’église abbatiale. Il réalisa aussi les statues des autels latéraux [14] . Tel un compagnon bâtisseur de cathédrale, le frère Faron avait ensuite travaillé au grand portail dont les voussures étaient veuves de leurs statues depuis que les protestants étaient passés par là. Treize grands personnages surgirent sous les coups de son ciseau [15] . Il semble que le frère Croulière se soit employé aussi bien à la sculpture de la pierre qu’au modelage de la terre cuite, comme le laisserait supposer ce dernier chantier. À notre connaissance, aucune des œuvres du frère Faron réalisées à Vendôme n’a été conservée.

Le frère Croulière fut-il par la suite appelé à exercer ses talents artistiques dans d’autres monastères de la congrégation de Saint-Maur ? Cela est fort probable, mais nous ne possédons pas le moindre indice de son passage dans d’autres abbayes avant de le retrouver vers 1650, à Nouaillé.

L’œuvre du frère Croulière à l’abbaye de Nouaillé

L’abbaye Saint-Junien de Nouaillé, à quelques kilomètres au sud de Poitiers, fut un des berceaux de la congrégation de Saint-Maur. Les bénédictins de la congrégation lorraine de Saint-Vanne y avaient introduit la réforme, ainsi que dans quelques autres monastères français. Et l’union, en 1618, de cette poignée de monastères gagnés au renouveau de la vie claustrale devait donner naissance à une nouvelle congrégation autonome et nationale.
À l'intérieur de l'église abbatiale de Nouaillé, le jubé confectionné entre 1661/1664 et 1693 par le sculpteur poitevin Jean Girouard et le menuisier du village René Thourin.

Le groupe sculpté du Christ couronné d'épines, terre cuite polychromée du frère Croulière, vers 1650. Détail, un ange adorateur.

L’activité artistique du frère Croulière à Nouaillé est attestée de sources sûres par une chronique contemporaine de l’abbaye, intitulée Fasciculus antiquitatum Nobiliacensium, et les renseignements compilés au XVIIIe siècle par l’historien mauriste bien connu dom Léonard Fonteneau.

Ainsi apprend-on que frère Faron réalisa, avant 1651, un Christ couronné d’épines, ou Ecce Homo, accompagné de deux anges adorateurs, et des statues de la bienheureuse Vierge Marie et de saint Joseph avec l’Enfant-Jésus [16]. La Piéta modelée par le frère Croulière pour la chapelle de Montvinard, 1653.

En 1653, il confectionna une Piéta pour la chapelle Notre-Dame de Montvinard, située dans le cimetière de la paroisse, où elle fut portée solennellement en procession le 14 avril [17].

La Vierge à l'Enfant attribuée au frère Croulière ( ?).
En juillet de cette même année 1653, deux nouvelles statues de saint Hilaire et de saint Junien, dues elles aussi aux talents du frère Croulière, étaient placées dans l’église abbatiale, de chaque côté du maître-autel [18].

Deux de ces œuvres peuvent être identifiées avec certitude et sont aujourd’hui conservées dans l’église de Nouaillé. Il s’agit du Christ couronné d’épines, toujours accompagné de ses deux anges adorateurs, placé au centre de la grande armoire de la sacristie, confectionné vers 1645 et adossé aujourd’hui au mur du bras sud du transept ; et de la Piéta, qui en 1971 fut transférée de la chapelle de Montvinard dans l’ancienne église abbatiale, dans le bas côté sud de la nef. Ces deux belles statues de terre cuite polychromée ont été classées en 1941.
La statue de saint Junien, celle probablement réalisée par le frère Croulière, d'après une carte postale ancienne.

Une Vierge à l’Enfant, terre cuite polychromée, classée elle aussi en 1941, pourrait bien être aussi l’œuvre du frère Croulière, tout comme le grand Crucifix, classé en 1966, et aujourd’hui placé dans le sanctuaire. Ce dernier avait été érigé, le 26 mars 1652, entre le chœur des moines et la nef [19] . Rien de ne s’oppose à l’attribution de ces statues au frère Faron, mais nous n’en possédons pas la preuve absolue.

Quand aux statues de terre cuite de saint Hilaire et surtout de saint Junien, que l’on pouvait voir encore au siècle précédent, elles ont aujourd’hui étrangement disparu de l’église de Nouaillé.

Nouaillé aura été le dernier chantier du frère Faron puisqu’il y est mort le 17 janvier 1654. Dans son Histoire de la congrégation de Saint-Maur, dom Edmond Martène a retranscrit le passage d’une lettre de dom Claude Martin où celui-ci fait l’éloge du défunt. Il l’avait personnellement connu à Vendôme lorsqu’il y avait effectué son noviciat en 1641-1642. Dom Martin écrivait :

« Frère Faron Croulière était un excellent sculpteur, mais je ne l’estime pas tant pour son art que pour sa piété et sa dévotion : parce qu’encore qu’il soit naturellement sans lettres et sans connaissances, Dieu toutefois lui a communiqué tant de lumières qu’il passe sans peines 4 à 5 heures en oraison : quoique à dire vrai sa vie est une continuelle méditation, étant uni à Dieu dans les travaux, d’où vient qu’après avoir fait quelques figures de dévotion, car il n’en entreprend point d’autres, il se prosterne devant pour honorer la personne qu’elle représente [20] . »

« Ce peu qui est venu par hasard à notre connaissance et l’autorité de dom Claude Martin font regretter de n’en pas savoir davantage », commente dom Martène, qui ailleurs, dans La vie des Justes, dit, en un jeu de mots un peu lourd, toujours à propos du frère Faron Croulière : « Il était un excellent sculpteur, qui avait Dieu gravé dans son cœur [21] ».
Choeur de l'abbatiae. Le grand Crucifix attribué au frère Croulière ( ?), 1652.

Notes

[1] Remplacé par dom Michel Rhedon à la Diète de 1722.

[2] Remplacé par dom Robert Chaptard à celle de 1738.

[3] Nommé prieur à Saint-Jouin de Marnes par la Diète de 1635.

[4] Remplacé par dom Etienne Grasset (adm.) à celle de 17S3.

[5] Administrateur, il est envoyé comme prieur à Saint-Basle par la Diète de 1658.

[6] Administrateur, il est remplacé en 1661.

[7] Remplacé à celle de 1762 par dom J. B. Prévost du Latz.

[8] Décédé le 10 décembre 1666 à Là Chaise-Dieu et remplacé par dom Benoît Cibelle à la Diète de 1666.

[9] Remplacé à celle de 1773 par dom François-Paul Jesseaume.

[10] Sur la sculpture en terre cuite du Maine, on consultera en priorité le catalogue de l’exposition du Mans : Terre et ciel. La sculpture en terre cuite du Maine (XVIe et XVIIe siècles), Paris (= Cahiers du patrimoine, t. 66), 2003, où, p. 285-293, l’on trouve sur le sujet une bibliographie quasi exhaustive.

[11] Dom Th. Barbeau, « Les abbayes bénédictines et l’essor de la sculpture en terre cuite du Maine et de l’Anjou aux 16e et 17e siècles », Lettre aux amis de Solesmes, n° 115, 2003-3, p. 29-34.

[12] M. Le Paige, Dictionnaire topographique, historique […] du Maine, Le Mans/Paris, Toutain/Saugrain, 1777, T. II, p. 234.

[13] Matricula monachorum Professorum Congregationis S. Mauri in Gallia Ordinis Sancti Patris Benedicti ab initio eiusdem Congregationis, usque ad annum 1789, éd. dom Y. Chaussy, Paris, Librairie Perrée (Bibliothèque d’Histoire et d’Archéologie chrétiennes), 1959 : Matricula fratrum conversorum, n° 67, p. 231.

[14] Paris, BnF, ms. latin 12700, f° 322-334v° : « Livre des choses mémorables de l’abbaye de la Sainte-Trinité de Vendôme » ; éd. Ch. Métais, Bulletin de la Société archéologique […] du Vendômois, t. 29, 1890, p. 149-150, cf. p. 146.

[15] Ibid., p. 151.

[16] « [Avant 1651 …] Sacras etiam imagines fictiles primo quidem Christi Salvatoris coronam spineam purpuram et arundinem praeferentis duorumq. angelorum moesto vultu hinc inde assistentium, operante fratre Farone converso confici praecepit, alias etiam icones B. Mariae et S. Joseph cum puero-Jesu quos coloribus auro argentoq. eleganter ornari fecit ; sed et ligneam imaginem parvam Christ Salvatoris spiritum patri commendantis (Poitiers, Bibliothèque de la Société des Antiquaires de l’Ouest, ms 5 : Fasciculus antiquitatum Nobiliacensium, p. 163, cité par R. Crozet, « Notes et documents sur les monuments religieux de Nouaillé », Bulletin de la Société des Antiquaires de l’Ouest, t. 11, 1936-1938, p. 726) ». Voir aussi Poitiers, Bibliothèque municipale, ms 455-543 : dom L. Fonteneau « Mémoires ou Recueil de diplômes […] pour servir à l’histoire du Poitou […] », T. LXX, p. 73.

[17] Voir Fasciculus …, cahier non paginé intercalé entre les p. 186-187 ; éd. Ibid., p. 732 ; et dom L. Fonteneau, Ibid., p. 73.

[18] « [En juillet 1653] Collocatae fuerunt grandiores illae imagines fictiles a lateribus majoribus altaris scilicet S. Hilarii pictav. protopatroni nostri a latere evangelii et S. Juniani patroni recentioris a latere epistolae. Caeterum tum hi tum alii omnes quos per ecclesiam variis in locis est conspicere, ex officina fr. Faronis Croullière conversi (Fasciculus …, p. 165 ; éd. Ibid., p. 727). » Voir aussi dom L. Fonteneau, Ibid., p. 73.

[19] Voir Fasciculus …, p. 163 ; éd. Ibid., p. 727 ; et dom L. Fonteneau, Ibid., p. 73.

[20] Dom Edmond Martène, Histoire de la congrégation de Saint-Maur, éd. dom G. Charvin, Ligugé/Paris, Abbaye Saint-Martin/A. Picard, T. III (Archives de la France monastique, 33), 1929, p. 273.

[21] Dom Edmond Martène dans La Vie des Justes, éd. dom B. Heurtebize, Ligugé/Paris, Abbaye Saint-Martin/Librairie A. Picard, T. I (Archives de la France monastique, 27), 1924, n° XXIV, p. 83.

P.-S.

L’article sur l’œuvre sculptée de frère Faron Croulière est paru en octobre 2008 dans la revue Vincentiana, Bulletin des Amis de l’Abbaye Saint-Vincent du Mans, n° 4, pp. 25 et suiv.

La reproduction partielle des articles et documents de ce site est autorisée sous condition qu'en soient précisés le nom de l'auteur, le titre de l'article et l'origine : www.mauristes.org. La reproduction in extenso est soumise à autorisation préalable.Contact

Publié le mardi 28 juin 2011

Liste des abbayes et prieurés

Mentions légales| | Plan du site | Heydo.org@2011